MESSAGES À UN RATIONALISTE -1

Publié le par estaran

 

 

 

 

Les Mystères de la Vie

 

 

Inspiré par la voix intérieure spirituelle à Gottfried Mayerhofer

 


10. MESSAGES À UN RATIONALISTE -1

  
22 septembre 1870

Votre frère M. vous a demandé une réponse de la part d'un de ses amis qui essaye d'expliquer, seulement à l'aide de la lumière de la raison, la création entière, quant à son "Pourquoi" et à son "Quoi". Ayant répudié la vie des émotions et du cœur, c’est à dire la vie intérieure spirituelle, il est devenu incapable de parvenir à une réponse satisfaisante à toute sa recherche.

Bien. J'essayerai d'offrir les aliments appropriés et palliatifs à une âme qui, quoique affamée et assoiffée, ne sait pas encore quelle alimentation ou quelle boisson pourrait vraiment apaiser sa faim et sa soif. Est-ce que cette âme les acceptera et comment elle les digérera spirituellement, nous allons le voir.

Votre frère M. perçoit tout à fait bien que les suppositions humaines sont inadéquates pour apporter la vraie consolation et la paix à son ami. Car cela pourrait être seulement un système constitué d’un ensemble d’arguments raisonnables et opposés à d’autre où après tout, vu de Mon point de vue, l'un n'est pas plus solide et ferme que l'autre. Donc, il s'est tourné à Moi avec amour pour Me demander que son ami puisse lui donner la tranquillité et la paix qu’il a trouvées lui-même dans une mesure si riche par la lecture et l'observation de Ma Parole.

Comme ce n'est pas une âme mauvaise mais seulement égarée, Je vais essayer, comme la mère qui offre son sein à son enfant nouvellement né, de Lui offrir sa première alimentation spirituelle. Les enfants nouvellement nés refusent souvent le sein de la mère. Maintenant nous verrons comment votre ami aimera cette nouvelle alimentation qui, de plus, lui vient de mains tout à fait inconnues.

Au commencement il ne sera pas d'accord pour qu'un Dieu, Créateur et le Père de tous les êtres créés, doivent se révéler à un être humain par un autre homme qui va essayer de l'instruire spirituellement et de l'améliorer. En effet il répondra probablement : "C'est impossible! Comment un Dieu, pourvu qu'il y ait un, dans Sa grandeur infinie s’intéresserait-Il aux vers de terre que nous sommes ? Comment le Tout-puissant pourrait-Il et voudrait-Il être concerné par ce que tel ou tel homme pense et s'il a un avenir spirituel ou s'il est perdu pour toujours ? La création entière et tout ce qui est visible prouve à chaque moment que la destruction d'une simple vie, ou même des milliers, lui importe peu !

"Et ce Dieu, que vous, gens stupides et crédules révérez, devrait condescendre à enseigner sur ce minuscule grain de sable qu'est la terre, à mille fois mille petits vers que sont les hommes! Non, cela avoisine un non-sens lamentable!"

Ainsi, Mon cher enfant, votre ami est sûr que, de son point de vue présent, ce qu’il pense et regarde est juste. Il peut et doit penser ainsi, conformément à ce qu'il a appris en partie avec ses expériences et en partie avec son avis sur la création entière issu des livres qui sont passés entre ses mains et en lesquels il a cru entièrement.

Donc, avant que Je ne puisse dissiper ne serait-ce qu'un seul de ses doutes, Je dois essayer de lui faire comprendre que des révélations aussi extraordinaires sont possibles. Il y en a eu depuis les tous premiers temps, et il peut toujours en arriver et il en est accordé maintenant à l'humanité plus que jamais auparavant.

L'ami de votre frère partage sa vie entre l'émotionnel et le raisonnable, en faisant une grande distinction entre les deux. Maintenant Je veux simplement lui demander : a-t-il jamais voulu chercher une compréhension claire quant à ce qu'est vraiment une vie émotionnelle et une vie raisonnable et d'où sont originaires l'une et l'autre ? Un examen minutieux et rapproché serait à peine capable de donner une réponse satisfaisante en réfutant n'importe quelle objection. Bien alors, Je poserai d'abords les questions et Je répondrai ensuite à ces questions Moi-même. Car il est important que J'explique ce qu'il en est, même si cela n'est pas accepté, ce que Je sais depuis longtemps.

"Que signifie vraiment l'émotion, ou la vie émotionnelle? D'où provient-elle et où mène-t-elle ? Et en quoi diffère-t-elle de la vie raisonnable ?"

Toutes ces questions sont suffisamment importantes pour que les explications soient garanties, au cas où quelqu'un voudrait construire, ne serait-ce qu'un peu, ou même la structure de tout l'infini, sur de telles questions et sur leurs réponses respectives, et ceci d’une manière solide et permanente, de sorte qu'aucune rafale de vent provenant des idées émergentes d'un prétendu scientifique ne puisse le renverser. Venons-en maintenant au fait.

Que signifie : l’émotion ? C'était la première question. Et donc Je réponds : "l'Émotion est quelque chose que l'on sent." Mais que signifie : sentir ? Voici la difficulté, car la pensée et le sentiment sont énormément différent.

Avec ses sens extérieurs l'homme ressent toutes les impressions venant de la nature qui l'entoure. Avec sa capacité de sentiment intérieur il perçoit les influences d'une nature spirituelle, qui, bien qu'il puisse les nier, sont néanmoins là.

À cette catégorie appartient la voix de la conscience qui, selon votre langue (l'allemand) est quelque chose de certain. Quelque chose qui, malgré toutes les discussions philosophiques et scientifiques parmi des scientifiques et des laïcs, avec leurs propres raisonnements poursuit une idée qui, souvent, ne s'accorde pas dans avec ce que les scientifiques essayent d'imposer aux autres tandis qu'eux-mêmes ne peuvent pas en convenir.

Cette émotion, ou vie émotionnelle, n'est donc pas matérielle, mais d'origine spirituelle. C'est-à-dire qu'elle nous conduit à supposer qu'en dehors de tous les éléments visibles et invisibles naturels, il existe, là aussi, un niveau plus haut de choses spirituelles, qui sont invisibles et impondérables à nos sens aussi bien qu'impossibles à analyser chimiquement. Dans l'ensemble ils sont là et peuvent être sentis, mais pas être vus ni entendus, ou même pensés, de même que le sentiment qui s'empare de chacun de nous lorsqu'il écoute une musique sublime. Que pouvez-vous faire alors ? Pouvez-vous penser à un accord, ou même en ressentir l'impression sur votre âme ?

Ayant établi le fait qu'un sentiment et une vie émotionnelle existe, la question suivante doit naturellement surgir : D'où provient ce flot d'émotions des plus délicieuses dont un cœur humain est capable ? Où est son commencement et quel est son but suprême ou son point culminant ? Le royaume spirituel subodoré, qui est au-dessus de toute matière élémentaire, doit naturellement plus ou moins être présent dans toute la matière afin de garantir sa permanence.

Quand quelqu'un coupe un arbre ou arrache une plante, sait-il si l'arbre ou la plante ressent quelque chose pendant cet acte violent ? Il ne le sait pas! Mais leur manque de conscience n'est en aucune façon la preuve que l'arbre ou la plante ne sent pas physiquement la douleur et, spirituellement, la mort. Ce que vos sens ne réussissent momentanément pas à percevoir ne prouve pas sa non-existence. Cette vie émotionnelle est ainsi probablement présente plus ou moins dans tout être créé, conformément à sa nature. Maintenant il est naturel de poser la question : Si, selon certaines lois, le sentiment est là, qui a établi ces lois, qui leur a fixé leurs limites au-delà desquelles ils ne peuvent pas aller ?

Là où il y a des lois, il doit aussi y avoir un législateur, car les éléments et les forces naturelles ne se développent pas spontanément. Donc, puisque les lois impliquent naturellement un législateur, il va de soi qu'avec les lois les plus sages il doit aussi y avoir le législateur le plus sage qui est la quintessence de toute la sagesse.

Peu importe combien vous avez jusqu'ici appris dans la nature, partout, sur une grande ou une petite échelle, vous avez été capables de reconnaître la même perfection. Nulle part vous n'ayez observé un traitement minable; un soleil central est aussi parfait qu'une petite touffe d'herbe.

Que déduit-on de ces découvertes ? Une grande loi fondamentale apparaît : le législateur et conservateur de l'univers a tout arrangé avec le même soin en commençant par la constellation stellaire la plus lointaine jusqu'au plus minuscule infusoire de votre terre, aucune chose n'est plus importante qu'une autre, mais tout est sur son niveau arrangé, supporté avec le même soin et capable de se développer pour son progrès.

Puisque vous devez déduire cela simplement de vos enquêtes, il s'ensuit naturellement que, si une petite touffe d'herbe est importante pour le Créateur, il doit en être de même pour l'esprit humain avec toutes ses qualités, et puisque le Créateur ne laisse aucun atome simple périr ou disparaître, Il ne considérera jamais une âme humaine ou une nation entière comme perdue.

Maintenant que les hommes avec leurs bonnes et mauvaises qualités et leur complet libre-arbitre ont jusqu'ici dévié du but réel pour lequel le Créateur les a faits, est-il encore possible que ce même Dieu et Créateur adopte des mesures spéciales pour dispenser Son influx dans le cœur d'un prophète ou d'un médium (comme vous dites maintenant ) choisi par Lui, pour essayer de remettre sur la bonne route les esprits perdus et les âmes ? Ici nous sommes finalement parvenus à un point où notre ami pourrait peut-être se convaincre de la possibilité (quoique seulement dans des cas extraordinaires) d'un tel influx.

Cependant, cet influx peut seulement arriver dans l'organe correspondant au Donneur spirituel et cet organe est la compréhension du cœur, ou le cœur, ou l'émotion. Lui seul, est l’organe plus important, l'organe le plus précieux et le plus approprié pour le progrès le plus sublime, l'extase divine spirituelle.

L'intellect appartient au monde, à ses exigences et à ses intérêts matériels. L'émotion est l'organe de la vie spirituelle, qui dans ce monde est le seul qui puisse ressentir fugitivement et souvent à partir d'une connaissance innée faible l'existence d'un monde spirituel plus haut.

J'ai dû revenir loin en arrière afin de donner au moins un peu à cet ami, mais aussi lui laisser se forger quelques idées quant à ce que signifie la grâce pour quelqu'un comme lui à qui J'enseigne que Je suis le Créateur de toutes choses.

Je l'aime, comme tous Mes enfants, comme tout le créé. Je veux ne rien perdre et cela s'applique aussi à lui, qui n'est en aucun cas parmi les âmes les plus ignobles qui ont été placées sur cette terre pour leur courte vie d'épreuve.

Votre ami dans sa lettre à votre frère se plaint des contradictions diverses qu'il observe dans la création, dans la vie humaine, partout où il tourne son regard, en mentionnant des citations faites par les scientifiques qui Me jugent et parlent de Mes dispositions comme l'aveugle des couleurs. Mon cher ami, Je vous ai déjà dit auparavant : l'intellect est pour le jugement des choses temporelles, pour inventer des machines et faire des découvertes afin de rendre votre vie plus confortable ou pour donner à l'un ou l'autre plus de pouvoir pour régner, etc. Mais quoi que vous puissiez comploter avec l'intellect, vous ne pourrez pas par ce moyen comprendre Ma création, "pourquoi elle est ainsi et pas autrement". Cependant, avec les émotions vous pouvez le conjecturer, sans le comprendre. Tant que J'intercède et vous permets un regard dans Mes actes vous pourrez avoir une petite lumière. Et alors vous trouverez aussi en Moi plutôt le Père aimant que le Dieu implacable, qui ne veut jamais détruire, mais toujours créer et sauver!

Votre ami a dit plus loin dans sa lettre qu'il a été beaucoup dépensé quant à l'éducation de la compréhension du cœur, bien plus que sur le développement de l'intellect.

À cela Je dois faire remarquer que Je suis exactement de l'avis contraire. Dans presque tous les établissements éducatifs la compréhension du cœur, ainsi que les attributs nobles du cœur, ont presque totalement été négligés et l'intellect temporel a seul été instruit. C'est pourquoi il y a tant de mal parmi les hommes parce qu'ils ont simplement un cerveau et aucun cœur. C'est pour cette raison que Je permets la misère et le malheur dans la société humaine, afin d'éveiller le sentiment intérieur, qui a été négligé ou dérouté dans la première partie de la vie et faire ainsi entendre de nouveau la voix intérieure, pour que l'homme puisse de nouveau apprendre à préférer le bien-être spirituel au succès temporel.

Par la misère et des maux J'éveille les cœurs inertes; dans leur misère ils me cherchent, alors que dans leur vie de plaisir ils M'avaient tout à fait oublié et souvent même totalement renié.

C'est de ce point de vue que votre ami doit voir la vie terrestre simplement comme une période de transition et aussi considérer toutes les souffrances qui réveillent souvent sa pitié et il bénira(comme Mes anges et purs esprits) là où maintenant il veut maudire.

Quel l'homme serait-il, s'il n'avait pas au fond de son propre cœur, sa vie intérieure, comme un refuge suprême contre tous les malheurs ?

L'intellect avec toute sa connaissance est froid ; et là où il y a le froid, il n'y a aucune vie!

Le sentiment intérieur réchauffe. Là où les rayons du soleil spirituels, emblèmes de l'amour éternel, réchauffe le cœur martyrisé, la flamme de l'enthousiasme est allumée. Là l'homme se réjouit alors de son début d'élévation dans la connaissance anticipée d'une lumière d'un monde plus sublime et plus beau loin au-delà de cette vie terrestre, vaguement visible comme à travers le couvercle d'un cercueil.

Qui n'a jamais vécu de telles heures que la contemplation de la nature ou les travaux des vrais poètes et des compositeurs lui ont offertes!

Et où toutes ces sensations sublimes mènent-elles vraiment ? Certainement pas à la destruction, ou un Dieu jugeant sévèrement, mais à un Père d'amour qui prend soin de tous les êtres créés.

Aussi dans la nature, les apparences sont trompeuses, si l’œil humain juge la destruction d'un animal par un autre seulement avec la raison humaine, et s'il justifie cette mise à mort seulement avec des notions temporelles raisonnables.

Vous les hommes ici ou là vous jugez avec un cœur compatissant les destructions que vous voyez dans la nature et qui, pour de sages raisons, ont été décrétées par Moi ainsi et pas autrement. Cependant, lorsque vous tuez pour vous divertir, ou pour passer le temps car vous ne trouvez rien mieux à faire(ou au moins vous vous l'imaginez ainsi), vous ne réussissez pas à considérer qu'en chassant vous privez d'activité des animaux innocents pour satisfaire votre soif de tuer.

Vous condamnez l'oiseau qui consomme impitoyablement les insectes, alors qu'il le fait seulement pour la conservation de sa propre vie; là vous voyez un Dieu injuste. Pour assouvir votre voracité, tout doit exister seulement pour votre estomac et vous tuez alors beaucoup plus d'animaux que nécessaire, mais par le fait que vous êtes dévergondé et plein d'ennui, vous, faibles créatures considérez vos actions comme justifiées, et même louables, tandis que vous accusez le Créateur plein d’amour, de quelque chose qui est plus nécessaire pour votre existence que vous ne pourrez jamais l'imaginer.

Donc, Mon cher ami, apprenez d'abord comment L'aimer et L'honorer, Lui qui vous inonde de milliers de grâces. Apprenez à comprendre la langue de la nature et vous n'y verrez plus autant de dissonances que jusqu'ici.

Le repos une fois assuré, le monde est toujours le même; un cœur d'amour voit seulement l'amour, l'aigri y trouve la haine et la discorde, dans votre cœur vous ne voyez pas le monde, mais seulement son image; nettoyez le miroir ou se réfléchi Ma nature, qui est toujours la même, et elle se montrera bientôt à vous dans la pureté la plus grande.

Lisez l'Ancien et le Nouveau Testament; ils contiennent la paix et la tranquillité, que vous rechercherez en vain dans les livres des savants.

La majorité des savants écrivent leurs livres afin de gagner la tranquillité dont eux-mêmes manquent, ou bien ils essayent de transmettre à d'autres leur conviction claire du monde dont ils ont manqué.

Employez votre intellect pour votre carrière temporelle, mais aussi combinez-le avec l'amour. Alors vous gagnerez plus de paix, vous apprendrez à comprendre et à aimer Dieu, le Créateur et le Père, et ceci d'autant plus que ne vous n'aurez plus à vous apitoyer ou à envier les autres.

Suivez Mon conseil et vous entendrez en vous-même bientôt cette voix, qui vous parle maintenant par un autre homme, et elle vous donnera la paix, la consolation et une vraie image du monde et de son processus de vie.

Cela vous est donné pour votre consolation. Je vous estime parce que Je connais votre cœur; il a seulement besoin d’un guide juste qui le conduira sur le chemin juste. Pour l'instant Je serai Moi-même ce Guide. Et si vous suivez Mon conseil vous ne le regretterez certainement jamais. Tout cela Moi, votre Père le plus doux, Je vous le dis. Amen

 

Commenter cet article