GEJ10 Le Seigneur bénit la contrée déserte des bergers voleurs

Publié le par estaran



GEJ10 C162

Le Seigneur bénit la contrée déserte des bergers voleurs


1. L'aubergiste Me demanda si Je ne voulais pas demeurer encore quelques jours chez lui.

2. Je lui répondis : « Si tu crois en Moi, continues de M'aimer et vis selon Ma doctrine, Je resterai toujours près de toi en esprit, mais Je ne demeurerai plus longtemps incarné sur cette terre ; car Mon temps touche à sa fin, et J'ai encore beaucoup à faire dans d'autres villes et localités, aussi vais-Je sans plus tarder reprendre Mon voyage vers le sud avec Mes disciples qui sont ici. »

3. Alors, l'aubergiste apporta encore du vin frais et du pain, et, en ayant bu et mangé un peu, nous nous levâmes et nous préparâmes à partir.

4. Quand J'eus béni l'aubergiste et toute sa maisonnée, ils Me rendirent grâce, et l'aubergiste lui-même fit encore deux lieues en notre compagnie ; en cette occasion, Je lui dévoilai bien d'autres mystères de la vie, ce qui le consola grandement.

5. Puis il rentra chez lui, et nous marchâmes encore une bonne demi-journée vers le sud, traversant un territoire fort nu et désolé où nous ne rencontrâmes que quelques bergers avec leurs maigres troupeaux ; ces bergers coururent vers nous afin de nous demander une aumône, voire, au pire, de nous l'extorquer.

6. Mes disciples, qui, ensemble, formaient une troupe assez imposante, les menacèrent et leur ordonnèrent de reculer, sans quoi il pourrait leur arriver malheur. Mais les bergers, qui étaient eux-mêmes près de trente, n'étaient guère contents de cette menace, et ils se mirent à lancer aux disciples des insultes que certains comprirent, connaissant un peu la langue arabe. Ces disciples, parmi lesquels il y avait Mon Jean et l'apôtre Pierre, Me dirent : « Seigneur, n'as-Tu plus ni foudre ni feu pour cette misérable canaille ? Fais-les donc pleuvoir sur ces méchants voleurs comme sur les habitants de Sodome ! »

7. Je répondis aux disciples « Altoran - ce qui veut dire : ô enfants du tonnerre et de la colère -, devrais-Je donc punir ces pauvres gens davantage qu'ils ne le sont déjà ? Soyez charitables envers eux au lieu de les menacer du pire, et vous recevrez bien vite d'eux un autre témoignage et de meilleures paroles. »

8. Alors, faisant venir à Moi les bergers, Je leur dis : « Ecoutez-Moi, pauvres habitants de cette contrée déserte : nous n'avons avec nous ni or ni argent, Moi, le Seigneur, moins que quiconque , et, si nous vous donnions de l'or et de l'argent, ils ne vous serviraient pas à grand-chose dans ce grand désert ! Mais Je peux faire pour vous autre chose qui vous sera utile : vous et vos troupeaux, vous n'avez guère de quoi vous nourrir, et presque pas d'eau. Or, J'ai le pouvoir de bénir cette contrée de telle sorte que vous ne manquiez plus de rien, vous et vos troupeaux. Si cela vous convient, Je le ferai. »

9. Les bergers dirent tous : « Seigneur et Maître, si Tu peux faire cela, ce dont nous ne doutons pas, puisque Tu le dis, cela nous plairait infiniment mieux que si Tu changeais tous ces cailloux en or et en argent, et que nous soyons condamnés à mourir de faim avec nos troupeaux au milieu de tous ces trésors. »

10. A ces paroles des bergers, Je levai les mains, rendis grâce et bénis la contrée, et aussitôt, elle se couvrit d'herbe très loin à la ronde ; et il y eut aussi des sources en nombre suffisant, et du pain et du sel dans les tentes des bergers.

11. Voyant cela, les bergers tombèrent à genoux devant Moi et chantèrent très haut Mes louanges, disant que Je n'étais pas homme, mais Dieu, car ni Moïse, dont ils connaissaient le nom, ni ses successeurs n'auraient pu accomplir pareille chose.

12. Puis ils nous apportèrent du lait et du pain, et nous en prîmes tous un peu, puis nous nous remîmes en route au milieu des chants de louange de ces bergers ; et, de loin, nous entendions encore les cris de joie de ces heureux bergers.

13. En chemin, Je dis à Mes disciples « Jugez vous-mêmes de ce qui vaut mieux : faire le bien à ceux qui vous veulent du mal, ou rendre le mal pour le mal ? Aussi, à l'avenir, aimez et bénissez vos ennemis et faites le bien à ceux qui vous veulent du mal, et vous amasserez des charbons ardents sur leurs têtes et vous ferez beaucoup d'amis !

14. Faites comme Moi en toute chose, et peu de pierres vous feront trébucher sur le chemin que vous suivrez en Mon nom. Mais malheur à vous si vous menacez ceux qui vous menaceront et voulez les punir sur-le-champ, car vous devrez subir bien des revers sur cette terre ! L'amour suscite toujours l'amour en retour, mais la colère et les châtiments n'appellent que la colère et la vengeance ! »

15. Les disciples gravèrent cela dans leurs cœurs et Me promirent de l'observer leur vie durant.

16. Et Je leur dis : « La plupart d'entre vous le feront assurément, mais J'en vois aussi parmi vous quelques-uns qui, malgré ce conseil, useront de la menace et de la punition dans les circonstances adverses ; mais ils ne recueilleront jamais ainsi de bons fruits tout à fait mûrs. »

Publié dans LE SEIGNEUR JESUS

Commenter cet article