GEJ10 Discussion sur le miracle du vin

Publié le par estaran



GEJ10 C165

Discussion sur le miracle du vin


1. Tandis que l'aubergiste faisait encore ces remarques d'une modestie toute romaine, notre Dismas arriva avec le premier magistrat de la ville qu'il conduisit jusqu'à Moi en disant : « Voici le seigneur qui souhaitait te voir et te parler. »

2. Alors, Je dis à l'aubergiste « Apporte encore deux sièges et deux gobelets ; car si Je suis venu dans cette ville, c'est avant tout afin de donner à ces deux-là une preuve pleinement valable de Ma gloire ! »

3. L'aubergiste fit cela sur-le-champ, et, ayant rempli les deux gobelets avec la cruche de pierre, Je fis boire les deux nouveaux venus.

4. Tous deux portèrent les gobelets à leurs lèvres et dirent : « Mais d'où vient ce vin, aubergiste ? C'est un événement tout à fait extraordinaire que d'avoir du vin chez toi, et avec cela, du meilleur vin impérial de l'île de Chypre ! Où l'as-tu donc trouvé, dis-le-nous ? »

5. L'aubergiste répondit avec quelque embarras : « Messeigneurs, croyez-le ou non, mais je vous dis la vérité : dans la citerne de ma maison ! Ces messieurs que vous voyez m'ont demandé de l'eau au lieu de lait, je suis allé en chercher dans ma citerne et l'ai posée sur la table de mes propres mains, sans que nul n'ait pu toucher la cruche jusqu'à ce que j'y remplisse mon propre gobelet ; et, quand j'ai porté ce gobelet à ma bouche, il ne contenait pas de l'eau, mais, comme vous l'avez vous-mêmes constaté, le meilleur et le plus précieux vin de Chypre. Je ne crois pas aux miracles, vous le savez - mais cela, je le tiens pour un pur miracle ! »

6. Le magistrat déclara:« Je vais aller avec toi à la citerne avec cette cruche et y goûter l'eau aussitôt tirée, et nous verrons bien si tu possèdes une citerne aussi merveilleuse ! »

7. Alors, prenant la cruche qui était déjà vide, l'aubergiste alla en hâte avec le juge jusqu'à la citerne, qui se trouvait dans la cour de l'auberge.

8. Le magistrat puisa l'eau dans la cruche de sa propre main, la goûta aussitôt et trouva que c'était bien le même vin.

9. Tout joyeux, il porta lui-même la cruche jusqu'à notre grande salle à manger, la posa sur la table et dit d'une voix forte : « En vérité, c'est un miracle comme les hommes de cette terre n'en avaient encore jamais connu ! Un Dieu doit pouvoir accomplir un tel miracle, mais un homme, jamais. »

10. Dismas, qui venait de vider un second gobelet de vin qui l'avait mis de fort bonne humeur, était du même avis que l'aubergiste et que le juge. Il dit « Ces fous obstinés du Temple sont bien avancés maintenant d'avoir traité avec cette grossièreté brutale et ignorante le vrai Seigneur de la gloire de Dieu ! Là-bas, devant les quatorze lions qui les surveillent à la porte de la ville, ils doivent commencer à suer le sang de la terreur, tandis que nous buvons gaiement le meilleur vin de Chypre des vignes de César. Une seule fois dans ma vie, j'en avais bu un peu, mais ici, je peux en boire des gobelets entiers !

11. C'est pourquoi je dis et confesse moi aussi que Celui qui, par la force de Sa volonté, a pu faire venir en un éclair quatorze lions aux portes de la ville, et à présent changer tout aussi soudainement l'eau d'une citerne en excellent vin impérial de Chypre, n'est pas un homme ordinaire, mais que c'est vraiment la plénitude de l'esprit de Dieu qui demeure en Lui ! Ce témoignage que je donne à présent me suivra dans la tombe ; et je comprends désormais, ô Seigneur, tous les autres miracles que Tu as accomplis à Jérusalem et en d'autres lieux !

12. Mais ceux qui sont là-bas devant la porte auront peine à le comprendre ; peut-être les quatorze lions chasseront-ils pendant la nuit les diables qui sont leurs maîtres, ce qui leur fera accepter plus facilement qu'aujourd'hui la vérité divine. Mais Tu es le Seigneur et feras ce que Tu voudras ! »

Publié dans MIRACLE

Commenter cet article