GEJ10 De la dégénérescence de la religion juive

Publié le par estaran


Chapitre 180

 

De la dégénérescence de la religion juive

1: Quand tous ceux qui étaient là eurent lu cette inscription particulièrement chargée de sens, ils en restèrent extraordinairement surpris, surtout les trois Romains et les quelques Pharisiens.

2: Car ils étaient quelques-uns à avoir suivi Dismas et Barnabé, et ils disaient eux-mêmes : << Ah, ce qui est écrit là est vrai et merveilleux à voir ! L'Ancienne Alliance avec Abraham se termine, et elle n'a plus ni valeur ni effet, car nous savons tous bien que l'effet de l'Arche d'alliance a autant dire tout à fait cessé depuis près de trente ans - seuls Simon et Zacharie ont encore connu son ancienne force. Le bâton d'Aaron ne reverdissait plus, et les sept pains de proposition étaient rongés par les vers et réduits en poussière. Seules les deux tables de pierre demeurent encore ; mais l'écriture y devenait d'année en année plus illisible, et c'est pourquoi il est devenu nécessaire, il y a vingt uns déjà, de casser l'ancienne arche, à l'exception de l'or et des deux grands chérubins, et, pour la remplacer, d'en faire fabriquer, par l'un des meilleurs menuisiers du pays, une autre du même bois que l'on a garnie d'or de la même façon que l'ancienne, et sur laquelle on a réinstallé les deux chérubins. Au centre de l'arche, là où s'élevait auparavant la colonne de fumée ou parfois même de feu, il a fallu faire en sorte de pouvoir placer des charbons enflammés sur lesquels on versait ensuite de l'encens ou d'autres résines odorantes afin que cela forme une colonne de fumée, mais cette fumée emplit si bien le saint des saints qu'il est presque impossible d'y tenir ; quant à la colonne de feu, on doit la produire en brûlant du naphte.

3. Le grand prêtre d'alors pensait sans doute qu'il en irait de la nouvelle Arche d'alliance comme du nouveau Temple bâti après la captivité de Babylone ; mais il se trompait fort. Car, avec la nouvelle arche, plus rien n'allait - raison pour laquelle, par la suite, les grands prêtres n'hésitaient plus à faire visiter le saint des saints comme n'importe quel autre lieu aux Romains et aux Grecs qui s'acquittaient d'une offrande ; car s'approcher de la nouvelle arche ne faisait de mal à personne.

4: Nous autres, Pharisiens et docteurs de la loi, nous savons donc depuis longtemps qu'il ne reste plus rien de l'Ancienne Alliance ; mais, tant que cela est encore possible, il faut maintenir le peuple dans l'ancienne croyance, d'autant plus que l'on n'en a pas de meilleure à lui offrir, et aussi pour que le Temple et ses serviteurs conservent les revenus sans lesquels ils ne sauraient subsister.

5: C'est la principale raison pour laquelle les gens du Temple haïssent tant ce Seigneur et Maître que nous avons désormais reconnu comme l'unique vrai fondateur d'une Nouvelle Alliance éternelle ; car ils savent fort bien que Sa doctrine est d'une autorité divine, mais ils savent tout aussi bien que, s'ils adoptent cette nouvelle doctrine et permettent au peuple d'y accéder, c'en est tout à fait fini d'eux.

6: Mais ils comprennent aussi que cela ne leur servira bientôt plus à grand-chose, parce que beaucoup dans le peuple savent déjà que l'ancienne arche a perdu tout pouvoir et que la nouvelle n'en a aucun, si ce n'est ceux que les hommes lui prêtent par des artifices grossiers.

7: Quant à nous qui sommes encore liés au Temple, nous ne pouvons rien faire ni pour ni contre, aussi attendons-nous avec espoir de voir ce que fera cet unique vrai Seigneur du ciel et de la terre, et, à l'avenir, nous continuerons d'avoir foi en Lui et de L'aimer. Car nous sommes absolument convaincus qu'Il prendra les meilleures dispositions et les plus opportunes. >>

8: Là-dessus, le juge ajouta : << Je suis moi aussi de ceux qui ont vu la nouvelle Arche d'alliance au Temple, et qui en ont conclu que la croyance au Dieu des Juifs n'avait pas plus de sens que celle des païens. Au moins ceux-ci sont-ils plus habiles dans leurs tours de magie et savent-ils en faire accroire au peuple aveugle ; mais cette colonne de fumée et de feu dans le saints des saints du Temple de Jérusalem laisse fort à désirer, et les prêtres se donnent bien du mal pour convaincre le peuple aveugle que l'ancienne arche mosaïque agit encore pleinement. Mais, quand le peuple apprendra que ce n'est plus le cas depuis longtemps, les prêtres devront prendre le large en toute hâte, sans quoi ils passeront un mauvais moment. >>

9: Puis, s'adressant à Moi, il dit : << Seigneur et Maître, Toi qui nous as donné plus qu'assez de preuves tangibles de Ta divinité, dis-moi si j'ai raison ou tort de dire cela. >>

10: Je répondis : << Tu as tout à fait raison, car aucune tromperie ne peut durer très longtemps, de même que la nuit cesse dès que le soleil se lève.

11: Tu peux être parfaitement certain que le Temple, ses serviteurs et toute la ville de Jérusalem disparaîtront bientôt à jamais, et qu'il n'en restera pas pierre sur pierre ! Les Juifs de Jérusalem ne peuvent demander qu'une chose : que leur déroute n'ait pas lieu en plein cœur de l'hiver ni pendant un sabbat, car leur sort serait alors bien plus pitoyable qu'en une meilleure saison ou un autre jour. >>

12. Comme Je prononçais ces paroles, l'écriture disparut au-dessus et en dessous du soleil, et les brumes de la vallée du Jourdain commencèrent à se disperser sous les rayons du soleil qui illuminaient les contrées de la Terre promise.

13: Le juge fit cette remarque : << Quel dommage que les gens de Jérusalem n'aient pu voir ce soleil avec ce qui était écrit dessus et dessous, car une telle apparition leur aurait donné beaucoup à réfléchir ! >>

14: Je lui dis : << C'est précisément afin qu'ils ne voient pas cela que J'ai fait en sorte que toutes les contrées du Jourdain soient enveloppées d'un épais brouillard ; car ceux qui se plaisent dans les ténèbres doivent y trouver leur récompense ! >>

15: Tandis que nous étions là, nous vîmes s'enfuir une gazelle poursuivie par un chacal. Le chacal eut bientôt rattrapé la gazelle et en fit son repas, qui ne lui prit guère de temps. Puis il s'éloigna tranquillement vers le sud, sans doute en quête de son prochain repas.

16: C'est alors qu'arriva, volant haut dans le ciel, un grand aigle d'Arabie. Apercevant le chacal qui cheminait lentement, il fondit sur lui dit haut des airs aussi vite qu'une flèche et, malgré sa résistance, l'emporta vers les hauteurs. Ensuite, il le laissa tomber en un endroit où il y avait partout des rochers, ce qui, on le conçoit, tua aussitôt le chacal. L'aigle descendit, et, s'étant convaincu que le chacal était bien mort, il le reprit dans ses serres et l'emporta vers le sud, jusqu'à un lieu propice où le chacal et la gazelle que celui-ci avait dévorée lui serviraient de petit déjeuner.

17: Après cette courte scène, le juge déclara : << Seigneur et Maître, le spectacle de ces animaux qui s’entre-dévorent, comme celui des graves maladies qui précèdent la mort d'un homme m'ont toujours paru peu sages et cruels - au regard de la sagesse supposée d'un seul Dieu, ou même de plusieurs. Tu dois bien savoir pourquoi il faut qu'il en soit ainsi, mais nous, même avec la meilleure volonté du monde, nous ne pouvons nous le figurer clairement ! >>

18: Je lui dis : << Tu y verras plus clair sous peu, car l'occasion de parler de cela se présentera, dès après le repas du matin ; mais en attendant, regardons un instant Moïse et l'ange qui a combattu pour son corps ! >>

19. Comme Je disais cela, Moïse et l'archange Michel se tinrent devant Moi. Après s'être inclinés, ils louèrent et glorifièrent Mon nom, puis disparurent. Alors, nous levant, nous descendîmes vers la ville, où notre repas du matin nous attendait déjà


Publié dans RELIGION JUIVE

Commenter cet article