FOI, CONFIANCE ET ASSURANCE

Publié le par estaran

 

Les Mystères de la Vie

 

 

Inspiré par la voix intérieure spirituelle à Gottfried Mayerhofer

 


12. FOI, CONFIANCE ET ASSURANCE

 
4 octobre 1870

Puisque vous avez lu hier ces trois mots dans un livre de spiritisme (Adelma, "le Livre de Contemplation", Vienne 1857), et que vous ne pouvez pas les écarter de votre mémoire, à votre demande Je vous donnerai aussi quelques éclaircissements sur ces qualités importantes qui sont si nécessaires, en particulier pour vous et aussi pour votre humanité entière. En particulier pour ceux qui manquent de foi, et encore plus de confiance. Écoutez donc :

La foi, ce mot beau et noble qui exprime que l'homme, ou son être spirituel, s’abandonne totalement à ce qu'il a saisi comme étant la vérité, et sur elle il base ses actions futures, tire sa paix et fonde son bonheur futur, mais combien peu l'ont, et même quand cela arrive chez certains, combien faible en est sa mesure !

La foi, comme Je l'ai dit récemment dans Mes Paroles à votre l'ami en proie au doute, est la base fondamentale de tout. En absence de foi, il n'y a rien qui puisse être spirituellement justifié. La foi, alliée avec la première compréhension de l'enfant en bas âge, est le premier lien qui le relie à sa mère et au monde. Que la mère la dépose avec confiance dans le cœur de l'enfant, c'est-à-dire lors de l'éveil de son esprit, et il l’acceptera fidèlement. L'enfant sera convaincu que sa mère lui dit seulement la vérité; il parviendra ainsi à cette ferme conviction, obtenue par des liens spirituels et physiques, que c’est là la seule façon d’être relié avec sa mère et avec le monde qui l'entoure. La foi en ces premières vérités imprimées est souvent si durable, si pure, si sincère, et si forte que même lors de ses derniers jours sur la terre, l'homme n'oubliera pas l'effet les premiers préceptes qui ont impressionné ses premières années, et qui venant de sa mère, ont été acceptés sincèrement dans leur intégralité, et préservés ainsi comme les premiers trésors spirituels dans son cœur.

Beaucoup de personnes parmi vous s'exclameront souvent : "Oh temps glorieux des premiers jours de la jeunesse, quand, alors que j'étais encore dans la dépendance de l'enfance, j'ai écouté les contes instructifs de ma mère et les ai acceptés comme étant la vérité et rien que la vérité, ils ont été mis dans mon cœur comme un air que, même maintenant, malgré toutes les vicissitudes de la vie et toutes les expériences négatives, ne peut pas y être affaibli !"

En effet, la foi, cette vertu d'adhésion dans une foi sincère est le premier appui qui doit mener l'homme dans le temple de la paix et lui servir de soutien contre tous les doutes qui l'assaillent.

Quand J'applique maintenant à la foi un sens religieux, alors combien plus encore cela doit être! La bannière sainte que l'homme inspiré jure de ne jamais abandonner, comme étant la base de tous les préceptes et vérités qu'une fois Je vous ai données visiblement et maintenant invisiblement par l'influence spirituelle !

Beaucoup ont juré sur cette bannière, la défendant jusqu'à leur dernier souffle et la scellant souvent avec leur propre sang. Mais combien d'autres l'ont laissée sans jamais y revenir. Et combien ont incidemment permis à leur forte ardeur religieuse d'être pervertie dans le fanatisme, qui a amené un nombre immense d'abominations comme en témoigne les annales du sacerdoce.

Ainsi, la foi peut être assimilée à un feu. Bien que le feu soit un élément très avantageux et utile pour celui qui l'emploie sagement, il est terrifiant pour celui qui le méconnaît et néglige son effet et à la fin il peut lui faire les plus grands dégâts au lieu de lui être utile.

Tout ce que J'ai créé a deux aspects, un bon et un mauvais. Cela s'applique aussi à la foi. La reddition totale au divin sera comme une douce chaleur qui s'étend partout dans le cœur humain ou comme une combustion désordonnée faisant flamber l'intolérance si elle est employée par une fausse main; elle agitera un brandon au lieu d'une petite lampe comme un signal routier dans la main de l'homme qui cherche la paix!

Donc, Mes enfants, prenez garde aux extrêmes! En particulier dans notre temps; utilisez de la foi comme baume guérissant et prenez en bien soin de peur que cela ne devienne un poison dévorant pour vous.

Afin d'être du bon côté, croyez seulement en Moi, écoutez seulement Ma voix dans vos cœurs, qui ne trompent pas et ne vous laissez pas tromper par les interprètes intelligents, vendeur de Mes Paroles. Tenez-vous en à cela :

"Examinez ce que vous entendez et lisez; adhérez au bon et éliminez le mauvais."

Si vous observez toujours fidèlement cette règle, la bannière de la foi sera à tout moment pour vous le sanctuaire le plus sacré avec lequel vous trouverez sûrement et sans risque la route de votre bonheur vers Mon cœur.

Pour consolider votre foi de plus en plus vous devez aussi posséder le deuxième sens de Mes Paroles dans le degré le plus haut, ce qui signifie que vous devez avoir une confiance implicite en Mes Paroles; c'est-à-dire et à proprement parler, la foi et la confiance sont presque la même chose.

La foi est l'acceptation ferme de la vérité et la confiance signifie de même simplement cette conviction la plus secrète de ce qui a été dit et accepté fidèlement, et rien d'autre ne peut mener au but désiré qu'une confiance ferme.

Pour métaphoriquement élucider pour vous ces deux concepts, imaginons qu'un homme a complètement perdu sa voie dans une forêt. Par hasard il rencontre un autre homme qui est entré à la forêt pour recueillir du bois. Celui qui est perdu demande à l'autre le chemin juste à prendre. Le ramasseur de bois lui donne des instructions précises quant à la direction à suivre. Et celui qui était perdu croit les explications du ramasseur de bois et continue sur le chemin décrit, car il croit fermement qu'il le mènera hors de la forêt.

Ici vous avez métaphoriquement présenté la différence entre la foi et la confiance. Si vous voulez appliquer cette image à votre propre vie, à la confession de Mon enseignement et à son application pratique, Je dois vous dire que si vous croyez bien aux choses dites par Moi, et si vous ne manquez pas d'une confiance ferme dans leur application, votre vie sera suivie du résultat désiré prévu.

De là il s'ensuit que bien que vous croyiez apparemment à tout ce que Je vous dis dans Mes Évangiles et dans Mes Paroles que Je vous donne maintenant, vous manquez toujours de la confiance illimitée et de l'infaillibilité en ce qui a été dit. Il en ira alors pour vous comme pour l'homme perdu mentionné ci-dessus : À moins qu'il ne croie absolument le ramasseur de bois, qu'il soit fermement convaincu et croit que le chemin décrit est le seul vrai, il ne trouvera pas la sortie de la forêt, car il sera sur la voie, tourmenté par des doutes et commençant à hésiter.

C'est souvent le cas avec vous. Vous croyez, êtes convaincus, au moins pendant un moment, mais aussitôt qu'il faut passer à l'acte, les brumes légères du doute surgissent, ainsi qu'ici ou là un "Pourquoi", ou un " qui sait si le succès de mon action sera comme prévu! "Etc. Ce qui vous manque c'est la confiance et aucune aide ne peut être obtenue sans zèle ou, autrement dit : les paroles sans l'action sont un son vide.

Ainsi la foi juste doit aller de paire avec une confiance juste. La première est l'arbre qui doit être planté; la deuxième est la fleur qu'il faut cultiver et la troisième est la confiance ferme qui doit être moissonnée comme le fruit. Là où ces trois qualités sont unies ensemble dans un cœur, Ma Parole peut être reçue ainsi que Je l'ai dit une fois à Mes disciples : "si vous croyez et agissez fermement, vous déplacerez même des montagnes!" - ce qui signifie :

Si vous avez la foi en la puissance de la parole prononcée avec une confiance ferme en sa vérité, alors le résultat désiré suivra!

Mais où est ce trio d'attributs divins unis dans chacun d'entre vous ? Partout il n'y a qu'une foi peu profonde, peu de confiance et aucune assurance. Cent fois Je vous le répète : "Agissez et vivez conformément à Mes Paroles et vous verrez des miracles!"

Les plus beaux attributs de la foi, couronnés par une confiance ferme, augmenteront votre assurance céleste, ainsi vous, comme Moi, pourrez commander aux éléments et exécuter des actes contraires à toutes les lois ordinaires de la nature ce qui apparaîtra aux autres comme des miracles parce qu'ils ne savent pas que votre volonté, couplée avec la Mienne, est la loi principale à laquelle toutes les autres lois sont subordonnées.

Je sais tout à fait bien qu'à chaque tentative, de nombreux doutes surgiront en vous. De telles incursions dans l'essence de Mes lois naturelles peuvent seulement être essayées par celui qui est devenu régénéré et seulement lorsqu'il invoque Mon aide pour de telles actions, pourvu qu'elles soient nécessaires pour l'avantage de l'humanité et jamais comme une plaisanterie ou une volonté liée à un goût de l'ambition ou de la vanité, car alors l'action aboutirait à un échec.

Je vous dis seulement que c'est possible et que cela a déjà été réalisé par Mes disciples et par d'autres hommes inspirés, bien qu'il soit difficile d'y arriver facilement à moins que ces trois qualités - la foi, la confiance et l'assurance - ne soient présentes au degré le plus haut dans un être humain.

Une assurance ferme dans le succès est le fruit de la foi et de la confiance; luttez pour cela.

D'abord renforcez votre foi de peur qu'elle soit hésitante comme un roseau, mais qu’au contraire, elle soit vite aussi solide qu’un mur. Fondez alors sur ces bases l'édifice ferme de la confiance et l'achèvement du tout vous apportera alors l'assurance. Dans cette maison, construite sur une telle terre, vous passerez sans encombre toutes les tempêtes internes et externes et vous avancerez libre sur votre chemin jusqu'à la perfection.

Mes enfants, voilà ce que signifient ces trois mots !

Vous aussi, Mon cher scribe, vous manquez grandement de ces trois vertus; et si on voulait aussi exprimer ces vertus par des nombres, comme le sont l'amour de Dieu, l'amour du prochain et l'amour de soi dans le nombre 666, en tant que nombre juste de l'homme spirituel : 600 = pour l'amour pour le Dieu, 60 = pour l'amour du prochain et 6 = pour l'amour de soi (avec le diable dans l'ordre inverse), le résultat numérique pour vous serait très bas et pas en votre faveur. Car vous n'avez que peu de foi, encore moins de confiance et presque aucune assurance que Mes Paroles que Je vous ai données s'accompliraient, bien que le jour et la nuit Je ne cesse de vous dire : "Laissez les gens parler, restez avec Moi, car avec Moi il y a seulement la vérité et aucun mensonge!

Cependant, Je connais votre cœur et les raisons qui vous recommandent vivement de douter. Ce sont des épreuves que Je vous envoie; vous les passerez et ensuite votre capital de foi, de confiance et d'assurance augmentera sûrement jusqu'à ce que vous soyez capables d'enrichir le reste de votre société avec ces cadeaux et vous deviendrez alors le premier, au lieu du dernier, comme maintenant. Méditez ces quelques mots; et la profondeur de leur contenu, comme dans tout ce qui sort de Ma bouche.

 

 

20 janvier 1871

"Vous ne devez cependant pas tous penser que Je l'ai choisi comme Mon scribe à cause de ses qualités morales spéciales, ou parce que Je le considérais mieux que vous. En aucun cas. Je l'ai choisi parce que les circonstances lui laissent plus de temps pour adapter sa connaissance de Moi grâce à la réception des explications sublimes qu'un autre ne pourrait pas saisir aussi aisément. Cependant, quant à sa valeur morale et à sa confiance en Moi, il n'est pas mieux que n'importe lequel d'entre vous. Pour cette raison vous ne devez pas penser que Je suis avec lui chaque fois qu'il entre dans votre assemblée; là vous lui accorderiez une vénération excédant de loin ce qui lui est dû. La situation est celle d'un Père qui écrit à Ses enfants, mais il n'est que le stylo ou l'agent, rien de plus. Quand vous recevez une lettre aimable, qu'est-ce qui vous enchante en la lisant ? Certainement pas le stylo avec lequel la lettre a été écrite, mais l'auteur lui-même.

Ainsi il est un homme comme vous tous, avec ses faiblesses et ses défauts, ses désirs et ses soucis. Il Me déconcerte aussi quotidiennement en Me demandant d'être débarrassé de tout cela et en me priant souvent de le libérer de cette vallée de larmes, ce qui montre que, comme vous tous, il a très peu confiance en Moi et donc doit en recevoir une plus grande quantité. De tout cela vous voyez que le défaut principal avec vous, ainsi que l'obstacle principal à votre progrès est toujours la faiblesse de la confiance.

Aucun de vous n'a encore compris pourquoi Je vous découvre et vous explique toutes les profondeurs de Ma création, tous les aspects les plus secrets de Mon divin Moi. Regardez, Mes chers Enfants, la raison de tout ceci est d'instiller en vous la chose même qui vous manque à tous, à savoir, la confiance en Moi. Car quand, ensemble avec Moi, vous traversez les espaces incommensurables de Mon infini, quand Je vous ouvre Mon ciel spirituel, vous donnant ainsi un soupçon de ce que J'ai préparé pour vous, quand Je vous révèle Mon propre Moi, qui n'est rien d'autre que l'amour et qu'en retour Je veux seulement l'amour, quand Je Me révèle à vous jusque dans le plus petit atome et que Moi, le Créateur et Père, supporte tout avec le même amour, Je veux seulement vous prouver qu'un Être possédant Mon pouvoir et Ma force, comme Je vous le montre Moi-même, dois sûrement être digne de confiance et que, comparé à Mon omniscience et omnipotence, toute votre activité et votre comportement doivent être considérée comme au-dessous du niveau zéro.

Pesez ces quelques mots; ils sont très importants, comme tout ce qui sort de Ma bouche. Comprenez-en la signification profonde dans tout ce qui vous est donné maintenant à tous et vous ne trouverez pas seulement la consolation et la paix, mais, et c'est la chose principale, vous comprendrez de plus en plus par vous-même et ensuite, après consolidation de ce qui est encore instable, vous serez capable de vous rapprocher de Moi.

Toutes les paroles que Je vous envoie par Mon domestique étaient et sont toujours significatives. C'est le cas pour ces trois mots que J'apporte en ce moment devant les yeux de Mon scribe parce qu'il commence à être quelque peu instable en votre société. Il n'a aucune vraie vie spirituelle présentement. Beaucoup d'entre vous vivent de nouveau seulement pour leurs affaires et leurs intérêts favoris, M'oubliant presque complètement ainsi que Mon enseignement et ne se souviennent seulement de Moi que quand par hasard l'un ou l'autre fait un discours à cet effet.

Soyez vigilant et priez, de peur que vous ne tombiez dans la tentation. Ne raillez pas Ma grâce! Je ne l'accorde pas, comme certains le croient, seulement à ceux qui s'intéressent par Moi et à Mon enseignement quand ils n'ont rien d'autre à faire. Ils doivent faire attention, car ils peuvent être frappés par la foudre même sous un ciel bleu et être forcé de se rendre compte que, ce qu'ils avaient considéré comme étant d'importance secondaire, aurait dû vraiment être leur souci principal.

Qui ne sait rien de Mon enseignement et pèche contre lui, n'est pas si coupable. Cependant, si quelqu'un ayant lu Mon enseignement en le croyant à moitié, ne montre aucune vraie confiance dans son passage à l'acte et aucune confiance dans l'accomplissement du but réel, Je serai forcé de le réveiller par une secousse directe de peur qu'il ne se laisse aller au sommeil dans les choses temporelles, oubliant ainsi Mon école spirituelle. Aujourd'hui J'avertis toujours ; qui, sauf Moi, sait ce que Je ferai demain ? Le morceau de terre sur laquelle vous vivez et marchez paisiblement au plaisir de votre vie, est creux sous vos pieds. Cette coquille mince couvre des abîmes épouvantables et vous avec une foi ferme et confiante vous devez vous tourner vers Moi avec une grande confiance et espérez que Je ne laisserai pas cette coquille mince donner de la voie, vous laissant ainsi tous goûter la mort au dépourvu. Calmement vous vous couchez sur le susdit abîme avec la confiance ferme et l’assurance de vous lever de nouveau le jour suivant, vigoureux et renforcé, tandis que peut-être sous vos pieds se trouvent des éléments d'une dangerosité incompréhensible pour vous. Pourquoi avez-vous une telle confiance en ce cas et pas en ce qui concerne les questions spirituelles ? Vous voyez, parce que vous croyez que Je ne le ferai pas! Et pourquoi ne le ferai-Je pas ? Parce que vous mettez votre confiance dans un Père d'amour, qui ne punit pas sans raison Ses enfants par la destruction. Qu'est alors votre confiance ? Elle est en cela, que vous espériez sans hésiter, à savoir, l'octroi constant de Ma grâce.

Maintenant, puisque à cet égard vous mettez une foi si ferme, une confiance et une assurance en Moi, permettez-Moi à Mon tour de vous demander, si avec un tel taux de patience divine, et avec l'indulgence humaine, vous ne pourriez pas avoir aussi, pour les questions spirituelles, une foi plus ferme, une confiance plus grande et plus d'assurance, et comprendre que tout ce que Je vous ai déjà accordés n'est arrivé seulement que pour votre avantage et en aucun cas pour Mon divertissement, mais seulement pour vous conférer l'honneur et la capacité de devenir Mes enfants.

Vous exigez de Moi une grâce illimitée et J'exige de vous un amour illimité. Avec l'échange de ces deux conditions c'est seulement vous qui tirez le profit, puisque Je veux vous accorder une force qui vous fera les seigneurs de tout ce qui a été créé!

Puisque Je vous promets de si grandes grâces, permettez-Moi aussi de réveiller ceux qui s'endorment en marchant sur la route, par de légers coups de coude comme Je le fais maintenant. Alors vous vous rendrez compte qu'il ne faut pas marcher sur Mes chemins les yeux fermés, mais les yeux et les oreilles ouverts afin de ne pas manquer la voie juste et s'égarer.

De nouveau, considérez ce que Je vous donne ici. Soyez vigilant et priez, de peur que vous ne tombiez dans la tentation! Laissez vous conseiller pour une croissance stable dans la foi ferme, la confiance et l'assurance ! Amen.

Commenter cet article