FILLE, VIERGE, MÈRE ET FEMME

Publié le par estaran

 

 

Les Mystères de la Vie

 

 

Inspiré par la voix intérieure spirituelle à Gottfried Mayerhofer

 


11. FILLE, VIERGE, MÈRE ET FEMME

 
4 août 1870

Puisque votre entourage est presque principalement du genre féminin, elle exerce une influence significative sur l'éducation spirituelle de Mes enfants, Je donnerai aussi à vos sœurs quelques mots pour elles. Alors certaines comprendront ce qu'elles ont vraiment à faire et les autres réfléchiront à ce qu'elles doivent encore faire, en partie afin de mériter le nom de "Mes enfants" et en partie afin de diriger toutes les âmes qui leur seront confiées par Moi pour être guidées sur Mes routes conformément à Mon décret suprême. Venons-en au fait :

" Commençons comme avec le dernier quadruple exposé, ce qui veut dire, par la jeunesse, ou le premier stade de l'enfance, ou encore ici avec le genre féminin, la jeune fille.

Juste après la naissance, alors qu’aucune différentiation sexuelle ne génère encore d’envies et de passions, et où la vie végétative seule domine, la seule différence visible entre un garçon et une fille repose dans l’organisation du corps physique. Chez les filles prédomine un tempérament plus faible, plus tranquille, souffrant et plus passif, alors que le tempérament du garçon est plus agité et plus exubérant, et sera déterminant pour son caractère futur en comparaison de celui de la fillette qui sera plus faible et plus douce.

Ce stade est commun aussi bien pour le garçonnet que pour la fillette, Toutes les vertus et les passions y dorment du juste sommeil, jusqu'à ce que des circonstances favorables les réveillent pour un combat actif, aussi bien chez la fillette que chez le garçon et les confrontent selon leur nature féminine ou masculine.

Tout comme chez les garçons, l'opiniâtreté et la colère, sont les caractéristiques sataniques les plus néfastes dans la nature humaine, elles sont aussi présentes et dominantes chez les filles avec des conséquences encore plus dangereuses que chez les garçons, du fait que le caractère des garçons s'affirme avec l'age et devient plus fort et il est alors en mesure de faire face à ces activités néfastes et peut les combattre et les maîtriser, alors que le caractère des filles reste faible et succombe plus facilement aux tentations, du fait qu'elles sont trop indulgente avec elles-mêmes et ne luttent pas assez pour maîtriser ces qualités néfastes en elles, ce qui prépare ces futures mères à beaucoup de difficultés et des jours sombres quand elles seront confrontées aux hommes, que Moi le Seigneur J'ai destiné à régner et non point à être régenté. Voila ce que vous devez savoir sur ces deux plantes foncièrement nocives.

Celles de vos sœurs qui ont des enfants à élever doivent faire très attention à ces deux plantes vénéneuses. Bien que la femme ait été créée pour rétablir partout où elle va la paix et la bénédiction parmi les hommes bouleversés, elle peut d'un autre coté, transformer le plus beau ciel en enfer si elle manque de la force nécessaire pour soumettre ces mauvais traits. Cela peut avoir des conséquences dramatiques, non seulement pour la femme entêtée et colérique, mais du fait qu'ils peuvent se transmettre aux générations futures comme un cancer qui s’étend.

Ce qui, chez les garçons plus âgés, est de la pugnacité et un désir de s'affirmer et d’être le plus fort dans le combat pour dominer ses camarades, est un trait de caractère répandu qui a son pendant chez les filles avec la vanité. Le garçon voudrait être le plus fort et le plus adroit de tous ses camarades, ceci uniquement par fierté et pour être craint et respecté - En revanche la jeune fille voudrait être la plus belle et la plus adulée parmi toutes ses amies; ce qui équivaut à la passion du garçon mais qui est tout de même beaucoup plus dangereux que chez le garçon du fait que la vanité est toujours accompagnée de la jalousie.

La jalousie est la pire la plus terrible de toutes les passions dans l'âme féminine, elle domine toutes les autres passions, elle s'unit à la haine et à la colère ainsi qu'à la vengeance, ce qui M'a fait dire en vérité: « Si vous voulez voir absolument Satan en personne, alors regardez une fille vaniteuse outrageusement maquillée ou une femme jalouse ! »

Oui une femme qui est animée par la jalousie est une véritable furie incontrôlable; quant à l'homme, malgré qu'il soit possédé par les mêmes vices il est beaucoup moins dangereux, car sa raison est malgré cela dominante et il parvient à se maîtriser, par contre la femme passionnée ne peut raisonner, car chez elle tout est dans le cœur qui est le siège des sentiments les plus nobles, mais aussi le siège de toutes les passions les plus pernicieuses.

Une femme, en particulier quand sa position l'encourage à soulager ses passions, est capable de ravager la terre entière si elle en avait l’occasion et est capable d'observer calmement couler des rivières de sang et de misère s'étendant partout. Il lui suffit pour cela de savoir que sa vengeance peut être complète, alors son ambition potentielle en laissera la réalisation douce à son âme satanique. Elle sera vengée!

Regardez l'histoire de l'humanité sur votre globe terrestre; depuis que le sexe féminin a cessé d'être le sexe subalterne, depuis qu'il a commencé à marcher hors de sa vraie sphère, à savoir, la vie domestique, combien de misère ce sexe a répandu parmi l'humanité, dans la vie de la famille ou dans la vie des nations! Bien que ce soit ce sexe qui ait été destiné pour recevoir de Moi la palme de la victoire en vertu sa puissance passive adoucissante sur les passions impétueuses de l'homme, il triomphe maintenant grâce aux tours de Satan, séduit et mène l'homme, non pas à la victoire par l'amour, mais à la perdition et au déclin total, par sa soif du pouvoir! Je dois maintenant de nouveau intervenir et libérer l'homme de ces chaînes entrelacées d'épines qui avaient été prévues par Moi pour être des roses et extraire du cœur féminin ces mauvaises et sataniques passions par la misère, la pauvreté et la maladie, pour que Ma création puisse de nouveau arriver sur la route juste où la femme sera sur cette terre l'épouse de l'homme, la partie apaisante, et non pas la partie qui commande et domine.

Je vous dis tout cela par avance pour vous montrer ce qu'est devenu le sexe féminin, doté par Moi de tant de nobles qualités et où maintenant dans si peu de cœurs Je trouve une pièce propre à recevoir les meilleurs sentiments au lieu de l'ambition et de l'amour des parures.

Je vous ai montré comment une étincelle, à peine remarquée dans la jeunesse, peut allumer un feu capable de causer une misère indicible autour d’elle, ceci afin que vous puissiez comprendre ce que vous devez éviter et contre quoi vous devez protégerez vos enfants.

Voyons maintenant l'image d'un autre côté, à savoir, comment J'ai en réalité créé la femme et de quoi Je l'ai dotée afin de ne pas être une entrave pour Mon but.

Je vous présenterai maintenant la femme dans ses quatre phases, comment elle doit être, ainsi que la seule voie qu'elle doit suivre pour devenir Mon enfant et ainsi accomplir complètement sa tâche sur cette terre.

Je vous ai déjà donné un aperçu quant à ce qui doit être observé dans l'éducation. L'effort pour préserver le cœur doux d'une fille, et son éveil en temps voulu à l'amour, cet amour qui apaise tout pour Moi et pour ses semblables et l'éveil de la compassion en elle. Car quand un cœur apprend à sentir les souffrances des autres, il essaye de les aider autant que possible. La compassion garde le cœur doux et prêt à aider là où il peut et élimine beaucoup de désirs excessifs et des pensées qui usurperaient tout l'espace dans un cœur fier.

La compassion mène à l'estime, à l'égalité avec ses semblables et est diamétralement opposée à la fierté, qui est gouvernée par l'illusion d'être quelque chose de mieux que les autres.

La compassion, cette fleur de la couronne de l'amour amical, adoucit la vie, calme chaque douleur et donne le confort en toutes circonstances. Et c'est exactement pourquoi J’ai doté la femme de plus de moyens afin qu’elle exerce cette compassion de la façon la plus efficace ?

Ne vous ai-Je pas doté, vous, Mes beaux enfants féminins, avec les formes les plus belles et les plus douces, des contours faciaux agréables, des yeux qui attendrissent ceux qui vous regardent, et qui sont capables de larmes de compassion, auxquelles aucun du sexe fort ne peut résister ?

Ne vous ai-Je pas doté avec une voix plus douce, avec un ton attachant qui doit faire couler le baume sur les blessures des autres ?

Mais quelle utilisation la plupart d'entre vous faites-vous de tout cela! Je dois détourner Mes yeux de cette image que Je pourrais dérouler devant votre regard si Je voulais décrire ce qui vous faites maintenant avec ces cadeaux divins, et qui n’est vraiment pas en Mon honneur! Mais assez de cela; retournons à la femme telle que Je l'ai créée.

Surveillez donc avec vigilance les traits les plus dangereux dans le jeune cœur d'une fille. Une fois qu'elle est devenue une vierge il est trop tard même pour penser à la suppression des fortes envies qui ont été mal guidées. Car dans cette phase de floraison le cœur de la femme fait courir à pleine voile ses passions, à savoir, l'état pas encore clairement reconnu de mère et de compagnon perpétuel d'un homme. Là elle imagine une foule d’idées merveilleuses sur la vie domestique qu’elle pourra réaliser dans le refuge de la vie de famille et pense à d'autres joies; ou bien elle est déçue de tout, et doit écouter la vérité nue, telle qu'elle ne l'avait jamais entendue auparavant d'une bouche de laquelle elle n'a eu l'habitude que de voir seulement couler vers elle le lait et le miel. Et si cela doit en effet être ainsi, c'est un juste salaire pour la fausse éducation que la fille ou la vierge a reçue, et dont la responsabilité se trouve chez les parents plutôt que chez l'enfant.

Cependant, c'est précisément par le fardeau dû à la faute de quelqu'un d'autre que l'on devient sage et ainsi la dure réalité adoucira peut-être les passions d'une jeune mariée et, comme une mère, elle deviendra assagie par l'expérience, et n'élèvera pas ses enfants de la même manière qu'elle a elle-même été élevée.

Ainsi Je guide toujours les cœurs qui se trompent par des expériences personnelles désagréables à partir de l'endroit d'où ils n'auraient pas dû dévier.

Alors la mère près du lit de l'enfant malade regarde jusqu'à Moi, détournant son cœur des choses vaines du monde, et elle comprend alors souvent avec un frisson combien ces choses là sont désolées et vides. Viennent alors les jours d'épreuve et de démission et tandis que la vierge a cru que la vie joyeuse continuerait sans diminuer une fois mariée, comme le furent les nuits passées à danser dans le plaisir, mais elle trouve maintenant des jours sans joie, des nuits pleines de douleur et des ennuis dont la signification lui échappe.

L’œil, une fois moite avec des larmes de joie et l'envoi du premier regard d'amour au compagnon de sa vie, est maintenant de nouveau plein de larmes au pied du lit d'un malade ou du lit de mort d'un être chéri. Là les larmes de joie éloignent de Moi et de Ma Parole, mais les larmes de douleur sont les premiers signes du retour vers Moi. Alors Je suis souvent là debout avec les bras tendus dans une chambre solitaire à côté d'une mère éplorée, Je vois le saignement du cœur d'une mère, Je vois s'écrouler ses espoirs comme un château de cartes et - oh! Joie paternelle! - des ruines des espoirs brisés une fleur céleste monte en flèche; c'est la fleur de la foi et de la reddition tranquille à Ma volonté.

Ce qui n'avait jamais été possible dans les plaisirs et les amusements temporels, ce qui avait en vain rebondi des oreilles sourdes de la fille et de la vierge, ici près du lit d'un enfant malade commence à fleurir. Ce que même l'amour avait échoué à réaliser, la crainte l'a accompli; elle M'a rétabli un cœur qui dans des circonstances différentes aurait été perdu.

Vous, Mes chers enfants, reconnaissez maintenant Mes desseins et comment aussi Je conduis Mes enfants indociles ?

Dans le grand brouhaha de vie Je laisse souvent beaucoup de votre sexe aller d'un divertissement au suivant, d'un plaisir à un autre. Cependant, soyez assuré, chaque fois que Je suis appelé au sauvetage d'une âme, Je détecte le moment idoine et le petit oiseau qui jusqu'ici avait librement et joyeusement ronronné dans l'air des plaisirs, est assis là avec ses ailes penchées et oublie complètement qu'il a des ailes pour échapper à la terre parce que ce qu'il a aimé le plus est lié à la terre.

Donc la mère continue sur son chemin d'épines, elle est rarement récompensée pour celles qu'elle a supportées pour ses enfants, mais cela pour la raison qu'elle comprend mieux désormais la vanité du monde, ses idées fausses et ses habitudes erronées et se tourne graduellement vers Moi. Et quand une fois que les choses sexuelles ont été mises au repos, la femme commence à trouver un meilleur appui chez son compagnon de vie moins apprécié, ou bien elle cherchera un appui seulement avec Moi, et là elle trouvera consolation et aide.

Donc, Mes chers enfants! Vous, qui pour la plupart avez déjà marché sur le chemin des larmes et de la souffrance, vous, sur qui J'ai donné Ma bénédiction et Ma Parole, ne perdez pas courage! Vous ne serez pas chargés aussi fortement que pendant votre passé comme certains d’entre vous le croient peut-être, et J'adoucirai votre avenir autant que possible, de peur que vous ne M'oubliez Moi et Mon enseignement.

Cela vous est dit pour votre consolation par Celui, qui vous aime et vous bénit comme tous Ses enfants! Amen.

Commenter cet article